Coeur artificiel et glaucôme

Le corps ciliaire de muscles et ligaments sécrète l’humeur aqueuse, le fluide qui nourrit la cornée, l’irirs et le cristallin, et élimine les déchets produits par l’organisme. Normalement ce fluide s’écoule au même rythme qu’il est créé.

Si le filtre qui recouvre le drain de l’œil ne fonctionne pas normalement, l’humeur aqueuse s’accumule entre l’iris et la cornée, augmentant ainsi la pression intraoculaire. A mesure que cette pression intraoculaire augmente, le nerf optique est endommagé. Cette détérioration est permanente et définitive.

La première étape du traitement est de diminuer la pression intraoculaire, puis de réaliser une chirurgie de l’œil afin d’ouvrir le drain oculaire. La mesure de la pression intraoculaire n’est pas simple et utilise habituellement des méthodes indirectes.

Au cours de la chirurgie, il est possible d’implanter un capteur de pression sans fils de type MEMS dans une zone protégée de l’œil et de réaliser une mesure directe de la pression intraoculaire. Un tel composant est en cours de développement à MEMSCAP pour le compte exclusif d’un client.



L’objectif du cœur artificiel est de fournir une réponse au défi mondial que représente le traitement de l’insuffisance cardiaque avancée.

Le prototype du cœur artificiel de CARMAT respecte les critères de biocompatibilité nécessaires à son implantation dans le corps humain. Ses caractéristiques sont similaires à celles d’un cœur biologique, que ce soit d’un point de vue physiologique ou anatomique.

Le système est composé d’une partie implantable, d’une partie portable ainsi que de composants externes fournissant la puissance et assurant son contrôle. Il intègre des capteurs de MEMSCAP pour aider la régulation du flux sanguin et la fréquence cardiaque en fonction des besoins du patient.

Bureaux à contacter

Amérique du nord:
Téléphone : +1 (919) 248-4102
Email: info@memscap.com
Nous contacter